• 1668-1670 : le Château Neuf

    De 1668 à 1670, Le Vau entreprit la construction de l’Enveloppe. Cette Enveloppe consistait en un second bâtiment qui encerclait le premier château. De part et d’autre de l’ancien château, le Grand Appartement du Roi, au Nord, et de la Reine, au sud, furent placés symétriquement. Une vaste terrasse, face aux jardins, s’étendait entre les deux. Momentanément conservé, le château de brique et de pierre s’embellissait. Les façades s’ornaient de colonnes de marbre de Rance, de balcons en fer forgé et doré, de bustes posés sur des balustrades. Les toits portaient des ornements et la cour fut dallée de marbre. Du côté ville, le bâtiment des communs fut surélevé et relié au château Louis XIII par une suite de pavillons pour former la Cour Royale que ferme une grille dorée. Les extrémités des anciens communs reçurent un péristyle de colonnes surmonté de statues. Les nouvelles constructions triplaient la superficie du château.

    À la mort de Louis Le Vau, le 11 octobre 1670, les travaux se poursuivirent sous la conduite de François d'Orbay désigné par Colbert. Le souhait de Louis XIV se réalisa, le château de Louis XIII restait intact du côté ville, mais disparaissait du côté jardin, caché par les nouveaux bâtiments. Désormais on distinguera le « Château Vieux » de Louis XIII du « Château Neuf » élevé par son fils. Le « Château neuf » était un bâtiment de conception italienne tout en pierre. Les longues façades furent ponctuées par des avant-corps et divisés dans la hauteur. La façade ouest fut occupée, au niveau du premier étage, par une grande terrasse calée par le pavillon du roi (au nord) et le pavillon de la reine (au sud). Tout comme les architectes de Chambord, le Vau puisa son inspiration dans les modèles italiens, mais les volumes, les proportions et l’ornementation en firent une œuvre de l’esprit français.

     

     

     

    Le rez-de-chaussée, constitué par un soubassement souligné par les lignes horizontales des refends, s’éclaire par des fenêtres cintrées sur les parterres.

    L’étage fut pourvu de colonnes ioniques, de niches et de hautes fenêtres rectangulaires (cintrées par Mansart en 1669). Cet étage reçut un décor sculpté : statues placées dans les niches, et bas-reliefs rectangulaires surmontant les fenêtres (ils disparaîtront en 1679).

    Le second étage ou attique reçut une décoration d’ordre corinthien et fut surmonté d’une balustrade sur laquelle reposaient des trophées et des pots à feu.

     

    Le Trianon de porcelaine est construit en 1670. C'est au cours de cette période que les courtisans firent bâtir leurs hôtels à proximité de la résidence préférée du roi. Entre 1670 et 1671, 14 grands hôtels (Luxembourg, Noailles, Guise ou encore Bouillon et Gesvres) sont construits dans la nouvelle ville de Versailles.

    Louis XIV rêvait de construire un palais qui marquerait son époque. Les palais du Louvre et des Tuileries étaient limités par l’œuvre de ses prédécesseurs. La création de Versailles répond à un souhait politique et économique. Dirigeant personnellement les affaires du royaume et centralisant l’administration, le Roi souhaitait regrouper auprès de lui les ministres et leurs services. Sa majesté laissa ainsi paraître son intention de fixer sa résidence à Versailles. Mansart dut élaborer des projets pour l’installation de la Cour. Le palais s’étendra aux dimensions que nous lui connaissons. Le château a été perçu comme un symbole du centralisme.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :